Sergueï Zavialov décèlerait un lien entre la hausse de la mer Caspienne et l’abaissement de la mer d’Aral[20]. À la fin des années 2000, la pêche produisait entre 2 650 et 3 000 tonnes de poissons, contre 52 tonnes seulement en 2004. Par contre, la petite mer d'Aral pourrait se renaturer (si les gouvernements du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan agissent de concert et durablement). Mer d'Aral (Kazakhstan) envoyée spéciale La scène a des allures de pêche miraculeuse. On y trouve l’Ouzbékistan au Sud et le Kazakhstan au Nord. La mer d'Aral est une ancienne mer asséchée située entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan. Sous l'ère Stalinienne, la culture intensive du coton bouleverse une région complète du Monde et engendre une catastrophe écologique qui en fait les frais encore aujourd’hui : la Mer d’Aral passe de 67 000km² en 1960 à 21 000km² en 2010. Mais parallèlement à ce type de projet, l’Ouzbékistan reste le 2e exportateur mondial de coton en 2011 – 2 millions d’hectares de cette plante y sont encore cultivés – ; or l’irrigation reste incontrôlée puisque le coton est une culture qui demande beaucoup d’eau, accentuant ainsi les phénomènes naturels d’assèchement[25]. La mer d’Aral a considérablement diminué depuis 1960, mais elle montre des signes de reprise, grâce à un effort concerté visant à la restaurer. Aussi, en URSS, un poisson pêché sur six provenait de ce lac salé. Il est alimenté par deux fleuves principaux qui, après être descendus des montagnes, coulent parallèlement du sud-est vers le nord-ouest en direction de la dépression qui contenait cette mer. Son déclin actuel est un avertissement à prendre très au sérieux. Et … En tout cas, toujours loin de sa forme initiale. Alimentée par le Syr-daria et l’Amou-Daria, elle fournissait 10% du caviar soviétique, abritait vingt espèces de poissons et faisait vivre 60 000 pêcheurs, sur une surface équivalente à … Et aujourd'hui, au lieu de ravitailler la région, les rives sont devenues des cimetières de navires, une curiosité pour les voyageurs occasionnels. Sur l’image de droite, une photo satellite nous montre en bleu jusqu’où avait reculé la mer d’Aral en 2016. Jusqu'au XVIe siècle, la mer d'Aral était reliée à la mer Caspienne par l'intermédiaire de l'Ouzboï et son niveau baissait car son principal fleuve tributaire, l'Amou-Daria, empruntant le cours de cet ancien cours d'eau, aujourd'hui à sec, allait déverser la majeure partie de ses eaux dans la grande mer intérieure. Elle tire son nom du mot kazakh Aral qui signifie « île » en référence aux milliers d'îles qui la couvraient. Mais grâce à une opération de sauvetage, l’eau revient côté kazakh. Depuis les années 60, la mer d’Aral a perdu les 2/3 de son volume d’eau, la moitié de sa surface, sa salinité s’est accrue et les poissons ont disparu. Ce maximum est lié à un climat plus chaud et plus humide ; les fleuves ont alors un débit trois fois plus élevé qu'au début du XXe siècle et apportent alors 150 km3 d'eau par an[12]. Les îles et îlots ont une superficie totale de 2 345 km². En 1987, le niveau de la mer d’Aral est si bas qu’elle se scinde­: une mer septentrionale au‑ Kazakhstan et une mer méridionale, plus étendue, en Karakalpakie. En effet ce barrage permit de barrer le détroit entre la Petite mer, aussi appelée Maloïé, ancienne mer bordière au nord de la mer d´Aral avant son assèchement, et la Grande mer (Bolchoïé, ce qui reste du sud de la grande mer). Son relief est très varié, passant du désert jusqu’à la chaîne de montagnes à l’est. Les îles et îlots ont une superficie totale de 2 345 km². Il y a des transports en commun (bus) (3h30 de route) et des taxis privé qui coûtent entre environs 50 euros. Les expéditions scientifiques ont prouvé que cela avait été un site de production, d'essai et, plus tard, de fabrication d'armes pathogènes. Il y a 5000 ans, la mer d'Aral atteint sa plus grande extension, son niveau atteint l'altitude de 58-60 m et elle s'étend jusqu'au lac Sary Kamysh. Depuis lors, la partie sud initialement appelée Grande Aral ne reçoit presque plus d'eau de surface ; en grande partie asséchée, elle est généralement divisée en trois lacs principaux : un profond bassin occidental, parfois relié à un bassin oriental peu profond et souvent à sec, et le petit lac de Barsakelmes. Géographie et histoire de la mer d’Aral. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Ouzbékistan a planté 27 000 hectares de saxaoul (arbuste), qui produisent 167 000 tonnes d’oxygène en absorbant 230 000 tonnes de CO2[24], ce qui est équivalent à 4 minutes de la production de CO2 mondial. Ces images satellites, prises en 2001 et 2016, montrent son assèchement au cours des 15 dernières années. Caractéristiques bathymétriques de la mer d'Aral de 1950 à 2009 sur CAWATERinfo. (M. V.). En 2016, 7 106 tonnes de poisson ont été capturées, la dorade étant la plus commune, suivie du gardon et du sandre si recherché. Il reste environ « 4000 tonnes de poissons à pêcher chaque année contrairement à plusieurs centaines de milliers dans les années 1950 ». Ainsi à partir de 1960, entre 20 et 60 km3 d'eau douce furent détournés chaque année. Résultat : son taux de salinité a grimpé et des millions de poissons sont morts suite à l’assèchement. -La mer d’Aral a diminué de 90%-La mer d’Aral, le plus grand désastre écologique de la planète-La mer d’Aral victime de la monoculture du coton-Mer d’Aral : un Tchernobyl silencieux-La mer d’Aral renaît peu à peu-La mer d’Aral retrouve la pêche-Mer d’Aral : la vie revient-La mer d’Aral … » Au début des années 1960, les économistes soviétiques décidèrent d’intensifier la culture du coton en Ouzbékistan et au Kazakhstan. Depuis 1960, la mer d'Aral a perdu 75 % de sa surface, 14 mètres de profondeur et 90 % de son volume[17], ce qui a augmenté sa salinité et la plupart des espèces endémiques ont disparu[18]. Ils ont provoqué une forte hausse du taux de mortalité infantile (parmi les plus élevés du monde aujourd'hui), une augmentation du nombre des cancers et des cas d’anémies, ainsi que le développement d'autres maladies respiratoires directement reliés à l’exposition à des produits chimiques, phénomènes confirmés par des études de l’OMS. Qui pourrait en dire plus et l'écrire au début de l'article ? Située à cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan avec une superficie de 67300 km², soit deux fois la superficie de la Belgique pour situer ! Selon l'Unité d'inspection des poissons d'Aralsk, les prises de poissons dans la mer d'Aral Nord ont été multipliées par six depuis 2006. Le bassin versant de la mer d’Aral a une superficie de 1.549.000 km². Alors que les spécialistes de la Banque mondiale avaient prévu que l’eau ne remonterait pas avant trois ans – d’autres hydrologues pensaient même que la mer d’Aral serait irrémédiablement perdue – la petite mer avait déjà regagné 30 % de sa superficie, ce qui représentait plus de 10 milliards de mètres cubes d’eau. Merci d'avance. Du temps où le père de Gamin Jaisanbaev était capitaine de bateau, il n’avait qu’à sortir de chez lui pour exercer son métier. La mer d'Aral est un lac d'eau salée d'Asie centrale situé entre 43° et 46° de latitude nord et entre 58° et 62° de longitude est, occupant la partie basse de la dépression touranienne ou aralo-caspienne au milieu d'espaces désertiques. Toutefois, de violentes tempêtes pouvaient provoquer des oscillations bien supérieures, en 1902 fut relevée une montée des eaux de 2,1 m. Il faut également noter la présence épisodique d'un courant circulaire provoqué par la conjugaison du vent et de l'arrivée des eaux de l'Amou-Daria et du Syr-Daria[13]. nécessaire]. Une nouvelle baisse fut enregistrée entre 1850 et 1880, mais les eaux remontèrent de 3 m entre cette dernière date et 1960[13]. Pourquoi ? La mer d’Aral, un désastre écologique orchestré par l’Homme La mer d’Aral, entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, a perdu 70% de sa surface depuis les années 60, devenant l’un des plus graves désastres écologiques du 20e siècle, que l’Homme cherche désormais à réparer. Et … La mer d’Aral est en fait… un lac. Leur température suivaient le rythme des saisons en raison de la faible profondeur ; l'été, elles pouvaient atteindre 26 °C à 27 °C en surface (mais seulement 1 °C à 3 °C dans les fonds de la côte occidentale). Situation géographique de la mer d'Aral Elle est partagée entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud. En 2000, cette superficie était divisée par deux. Alors que les spécialistes de la Banque mondiale avaient prévu que l’eau ne remonterait pas avant trois ans – d’autres hydrologues ayant même décrété que la mer d’Aral était irrémédiablement perdue –, la petite mer a déjà regagné 30 % de sa superficie, ce qui représente plus … Sous l'ère Stalinienne, la culture intensive du coton bouleverse une région complète du Monde et engendre une catastrophe écologique qui en fait les frais encore aujourd’hui : la Mer d’Aral passe de 67 000km² en 1960 à 21 000km² en 2010. Avec le rétrécissement de la mer d’Aral, le taux de sel y a augmenté, causant la disparition d’un grand nombre d’espèces de poissons. 2 millions d’hectares y sont encore cultivés. Les rivages de la mer d’Aral en 1970 – Dmitry Karachun / TASS L’histoire de la mer d’Aral est étroitement liée à celle de l’armée soviétique. Il n’y a pas si longtemps, la mer d’Aral était la quatrième mer intérieure du monde et l’un des plus gros fournisseurs de poissons de l’Union soviétique. Située à + 52 m au-dessus du niveau moyen de la mer, la mer d'Aral est caractéristique de l'endoréisme de cette région du monde. Quant à la végétation, le manque dea… Toutefois, cette profondeur était dissymétrique, la partie occidentale de la mer d'Aral (en rebord du plateau d'Oust-Ourt) voyaient les fonds descendre jusqu'à - 68 m alors que moins de 10 % de ces derniers dépassaient les - 10 m dans la partie orientale[13]. Cela a été ramené à un minimum de 1 000 tonnes de poisson par an au plus fort de la crise. Partagée entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, elle était la 4ième plus gra… demandes aux fermiers de moins gaspiller l'eau des rivières ; remplacement du coton par des espèces moins gourmandes en eau ; utilisation de moins de produits chimiques pour le coton ; changement économique en favorisant l'économie non basée sur l'agriculture dans les pays en amont. Grande comme deux fois la Belgique, la mer d’Aral, à cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, était le quatrième plus grand lac de la planète. Les rives de la mer d'Aral étaient variées même si elles présentaient, par leur caractère désertique, un point commun. Les raisons du recul de la mer Les eaux de la mer d'Aral se caractérisaient par une grande limpidité et un bleu intense, elles étaient peu salées (10 à 11 ‰ de taux de salinité moyen, 14 ‰ au sud-est). Les quantités gigantesques de pesticides qui, jadis, étaient charriées par les deux fleuves tributaires de la mer et se sont déposées au fond du bassin de l’Aral ainsi que le sel laissé par les eaux se retirant, se sont retrouvées, au fur et à mesure que l’évaporation progressait, à l’air libre en raison des vents violents. De plus, les récoltes ont tué quasiment toute forme de vie. Le nombre d'espèces de poissons est passé de 32 à 6[19]. Igor S. Zonn, M. Glantz, Aleksey N. Kosarev, Andrey G. Kostianoy. Le déclin de la Mer d’Aral. Dans les années 1960, la mer d'Aral, encore alimentée par les puissants fleuves Amou-Daria et Syr-Daria, formait la quatrième plus vaste étendue lacustre du monde, avec une superficie de 66 458 km2. La plupart des poissons ont survécu dan… Entre ses diverses parties, au nord-est et au sud, les vastes deltas du Syr-Daria et de l'Amou-Daria, prenaient l'aspect de vastes espaces plans qui progressaient rapidement grâce au déversement abondant des eaux limoneuses[13]. Le président Noursoultan Nazarbaïev fait apparaître un semblant d´espoir de renaissance de la mer d´Aral au Kazakhstan. La mer d'Aral est un lac d'eau salé d'Asie centrale. Un traitement de rehaussement de contraste a été appliqué par Planète Sciences Midi-Pyrénées. Ce gourou indien est parvenu à assainir les cours d'eau les plus pollués du monde, Environnement : l'eau se raréfie dans plusieurs régions du monde, Sénégal : la Venise africaine face à la montée des eaux, Politique de Confidentialite (Mise à jour). L'histoire exacte, les fonctions et le statut actuel de ce centre n'ont pas encore été divulgués. N. V. Aladin, I. S. Plotnikov, R. Letolle. Les reconstitutions paléogéographiques laissent penser que ce deuxième cheminement a été préféré entre -1800 et -1200 puis entre +100 et +500 et de 1200 à 1550 faisant pratiquement disparaître la mer d'Aral à ces périodes[12]. En août 2000, deux étendues d’eau importantes subsistaient encore : l’une au nord, au Kazakhstan, et l’autre au sud, en Ouzbékistan. Dans cette région, le taux de mortalité infantile est l’un des plus élevés au monde, les cancers et les cas d’anémies sont en constante augmentation. Les experts préviennent cependant que la surpêche pourrait défaire ce début de restauration[26]. Mais la Grande Mer est condamnée, au mieux réduite à son bassin occidental, un lac saturé de sel. S'étendant entre les longitudes 56° et 78° est, et les latitudes 33° et 52° nord, ce vaste territoire coïncide géographiquement avec presque toute la zone de l'Asie centrale et comprend la totalité du territoire du Tadjikistan, de l'Ouzbékistan, la majeure partie du Turkménistan, trois provinces du Kirghizistan (Och, Djalal-Abad, Naryn), deux régions ou oblys méridionales du Kazakhstan (Kyzylorda, Kazakhstan-Méridional), quelques contrées septentrionales de l'Iran et de l'Afghanistan[15]. En 1970, la mer d’Aral avait déjà perdu 9/10e de sa surface. Il a en effet pour projet de rehausser le niveau de la petite mer, grâce à la construction du barrage de Kokaral1, permettant ainsi à l'industrie de la pêche de retrouver son ancien niveau et à la ville d'Aralsk de redevenir un port plus ou moins important. Avec l’assechement de la mer d’Aral il est devenu tres petit et sale et les poisons sont disparus.Actuellement il se trouve a 80-85 km de la mer. Ces eaux auxquelles viennent bientôt s'ajouter celle de l'Amou-Daria ne sont donc pas encore salées et la faune aquatique provient d'abord de ces fleuves. Pour Chilo, académicien russe, ce sont les fonds des mers (Caspienne et Aral) qui seraient très friables... et un historien Bunyatov démontre que ce lac aurait déjà agonisé quatre fois au cours des siècles. À la fin des années 2000, la pêche produisait entre 2 650 et 3 000 tonnes de poissons, contre 52 tonnes seulement en 2004. On peut retrouver des épaves de bateaux sur l'ancien fond marin. La mer d’Aral, un désastre écologique orchestré par l’Homme La mer d’Aral, entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, a perdu 70% de sa surface depuis les années 60, devenant l’un des plus graves désastres écologiques du 20e siècle, que l’Homme cherche désormais à réparer. En 2002, à travers un projet organisé par les États-Unis et avec l'assistance de l'Ouzbékistan, 10 sites d'enfouissement d'anthrax ont été décontaminés. La surface de la mer d'Aral était soumise à des oscillations de plus ou moins grande amplitude. Mer intérieure, partagée entre les républiques du Kazakhstan, du Turkménistan et de l’Ouzbékistan, la mer d’Aral est située à l’est de la mer Caspienne, entre 53° et 56° de latitude nord et entre 58° et 62° de longitude ouest. Avant l'évaporation du lac, la mer d'Aral produisait environ 20 000 à 40 000 tonnes de poisson par an. Le taux de salinité de la partie nord de la mer Aral a aussi baissé, favorisant de nouveau la vie aquatique. En 1970, la mer d’Aral avait déjà perdu 9/10e de sa surface. Mais non ! Une partie de ce qui avait été gagné en volume et en superficie fut à nouveau perdu. En 1960, ce lac alimenté par les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria était le quatrième plus grand au monde. Achevée en 1996, elle permit immédiatement d'éviter que les eaux du fleuve ne se perdent dans le delta entre la Petite et la Grande mer d´Aral afin de faire remonter le niveau de la Petite mer. Avec le rétrécissement de la mer d’Aral, le taux de sel y a augmenté, causant la disparition d’un grand nombre d’espèces de poissons. La mer d’Aral, à cheval sur l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, était à l’agonie. Et aujourd'hui, au lieu de ravitailler la région, les rives sont devenues des cimetières de navires, une curiosité pour les voyageurs occasionnels. Géographie de l’Ouzbékistan Avant tout, l’Ouzbékistan a une superficie de 447 400 km². Mais, en 2002, les mêmes causes engendrant les mêmes effets, la mer méridionale se divise à son tour en une mer orientale et une mer occidentale. En août 2000, deux étendues d’eau importantes subsistaient encore : l’une au nord, au Kazakhstan, et l’autre au sud, en Ouzbékistan. Ses eaux s'écoulent alors dans la mer Caspienne par l'intermédiaire de l'Ouzboï ce qui permet sa colonisation par les poissons venus de la Caspienne. Il y a 50 ans la mer d’Aral (qui est en réalité un lac salé -1ere nouvelle-) etait le 4ème plus grand lac de la planète. Les espèces de poisson sont à peu près les mêmes dans la Mer d'Aral que dans la mer Caspienne, l'esturgeon est l'article principal du commerce. Son niveau est monté de six mètres depuis 2005, grâce au projet de restauration financé par la Banque Mondiale. Grande comme deux fois la Belgique, la mer d’Aral, à cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, était le quatrième plus grand lac de la planète. The North Aral Sea—once near death—is coming back to life, Assèchement des grands lacs et mers au XXe siècle. Sa surface s’étendait alors sur 67 300 km2, soit l’équivalent de deux fois la Belgique ! 175 : La mer d'Aral. Une variation quotidienne était provoquée par le phénomène des seiches à longue période et pouvait atteindre des amplitudes de 20 cm à 1 m relevées à la station "Mer d'Aral" située au nord-est de l'étendue lacustre. Dès 1918, les autorités de la République socialiste fédérative soviétique de Russie procédèrent au détournement de ses principaux affluents « afin d’irriguer des zones désertiques de l’Ouzbékistan pour y implanter des rizières et des champs de coton[16]. Un collecteur, pour éviter l'évaporation et les pertes dans le sable, pourrait amener l'eau provenant du barrage de Kok-Aral vers le bassin ouest de la mer d'Aral, le plus profond et qui pourrait aussi être sauvé. Par Shanel Poulin (2008) Mer d’Aral, une catastrophe écologique ! Alimenté par deux affluents principaux, l’Amou-Daria et le Syr-Daria, le bassin versant de ce lac d’eau salée compte 17 752 glaciers pour une superficie d’environ 1 549 000 km2[8]. Ce projet controversé, dont les travaux ont débuté en 2003, a permis à la Petite mer de regagner environ 500 km² de superficie, mais il risque également de condamner la Grande mer par un assèchement encore plus rapide, même si une vanne située au-dessus du barrage prévoit de déverser le surplus en eau dans la Grande mer d´Aral, située pour une part importante en Ouzbékistan. Elle s'opposait ainsi au littoral occidental, d'un profil rectiligne, dominé par de hautes falaises (hautes de 190 m pour les plus élevées) battues par les flots. Les vingt-huit espèces endémiques de poissons du lac ont disparu, tuées par les quantités colossales de pesticides accumulées au fond du bassin. Cela s'est produit pour la dernière fois il y a près de 90 000 ans et elle atteignait une taille de 100 000 km2[11]. L'évolution a d'abord laissé présager la disparition totale de la seconde à l'horizon 2025, avant que des travaux d'aménagement ne soient opérés. La dernière modification de cette page a été faite le 7 novembre 2020 à 20:44. Pour inverser le processus d’assèchement de la mer d’Aral, les pays touchés ont mis plusieurs projets en place au fil, avec plus ou moins de succès. En 1960, les Soviétiques ont décidé de cultiver les vastes steppes du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan.

Formation Alternance Digital, Séquence Droits Et Devoirs Cycle 3, Bâtiment Cfa Morbihan, Suffrage Universel Féminin, à Quel Poignet Porter Un Bracelet œil De Tigre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *